Poêles et casseroles, quels matériaux choisir pour ma santé

Quelles poêles et casseroles choisir pour préserver sa santé ?

Quand on veut manger plus sainement, on pense d’abord à la qualité des aliments qu’on choisit : aliments bruts, locaux, bio, etc… Et c’est très bien ! Par contre, nous oublions parfois de nous pencher sur les ustensiles de cuisine que nous utilisons, et qui ont aussi un grand rôle à jouer. Ce serait quand même dommage d’acheter des bons produits bio et de les polluer par tout un tas de substances chimiques toxiques provenant des matériaux des ustensiles de cuisine : PFAS, métaux lourds… Alors, quelle casserole, quelle poêle choisir pour la santé ? Si pour vous, comme pour moi, le critère de la non-toxicité est primordial, je vous explique ici comment faire le bon choix.

Si cet article vous intéresse, vous voudrez peut-être lire aussi mon article sur les produits sains de ma salle de bain minimaliste.

Sommaire

Les matériaux de cuisson nocifs à éviter

La plupart de ces matériaux sont en réalité des revêtements : une fine couche appliquée sur une poêle ou une casserole faite dans un autre matériau, pour le rendre anti-adhérent.

Poêle avec revêtement en Téflon, à éviter

Le Téflon (ou PTFE, polytétrafluoroéthylène)

Dans les années 1950, le Téflon (marque sous laquelle est commercialisé le PTFE) révolutionne la cuisson : ses propriétés anti-adhésives permettent désormais de cuisiner sans ajouter de matières grasses. Les poêles et casseroles utilisant ce revêtement se vendent comme des petits pains, revendiquant une cuisine “plus saine”.

Malheureusement, la réalité, c’est qu’à la place du gras, on se retrouve avec des substances chimiques pas très alléchantes dans nos assiettes, notamment des PFAS. Si le PFOA (acide perfluorooctanoïque) a été interdit en France en 2020, il faut bien être conscients qu’il a été remplacé par d’autres PFAS, potentiellement tout aussi toxiques. Selon l’ANSES, les PFAS peuvent être responsables d’une augmentation du taux de cholestérol, de cancers, d’effets sur la fertilité et le développement du fœtus, sur le foie, sur les reins, etc. Or, les PFAS peuvent migrer dans les aliments, surtout si la poêle est rayée.

Les PFAS sont aussi classés parmi les Polluants Organiques Persistants (POP), c’est à dire qu’ils s’accumulent dans l’environnement sans être dégradés, et que nous finissons par manger et boire des PFAS tous les jours sans nous en douter une seconde. Si le sujet vous intéresse, le film “Dark Waters” (2019) relate le scandale de la pollution des eaux dans l’Etat de Virginie aux Etats-Unis par cette substance, à cause de l’activité de l’entreprise DuPont à proximité. Cette dernière a été condamnée à verser plus de 670 millions de dollars, pour avoir caché la toxicité du PFOA.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les labels cosmétiques bio : comment choisir ?

Enfin, le Téflon chauffé à haute température émet différentes substances toxiques, y compris dans l’air. Son innocuité à long terme ne peut être garantie, et s’il n’est pas interdit complètement aujourd’hui, c’est parce qu’il représente un marché de plus de 2 milliards de dollars par an.

  • Anti-adhésif
  • Très abordable
  • Généralement compatible avec tous types de feux
  • Migration de substances toxiques dans les aliments et dans l’air
  • Durée de vie courte (2 à 3 ans en moyenne), se raye facilement
  • Doit être lavé avec une éponge non abrasive
  • Incompatible avec des ustensiles en métal
  • Ne convient pas aux cuissons à haute température
  • Sa fabrication émet des polluants persistants dans l’environnement
Poêle en céramique, potentiellement toxique

La céramique

La céramique est aussi un revêtement, ajouté sur les ustensiles de cuisine pour leur apporter des propriétés anti-adhésives. Il s’agit en réalité d’une base de silice et d’eau, à laquelle sont ajoutés des liants. Peu d’informations sont disponibles sur les composants de ces liants car rien n’oblige les fabricants à l’indiquer aux consommateurs. 

  • Bon marché
  • Généralement compatible avec tous types de feux
  • Propriétés anti-adhésives très limitées et qui s’altèrent rapidement
  • Fragile, le revêtement peut se fissurer ou se caser
  • Manque d’informations sur la composition
Poêle en pierre, toxique

La pierre : pas si saine qu’elle n’y parait !

Les poêles en pierre ont fait leur apparition lorsque des études ont montré la toxicité du Téflon. Il s’agit cependant de “greenwashing”, voire carrément d’une arnaque bien ficelée. En réalité, aucune poêle en 100% pierre n’existe sur la marché. Il s’agit là encore d’un revêtement, en fines particules de granit, mélangées avec d’autres matériaux potentiellement nocifs, dont du PTFE, et donc potentiellement du PFOA. Les poêles en pierre sont donc potentiellement aussi toxiques que leurs cousines en Téflon.

  • Relativement anti-adhésive (présence de PTFE)
  • Généralement compatible avec tous types de feux
  • Composition obscure, mais contient en général du PTFE (et éventuellement du PFOA si la fabrication a eu lieu avant 2020)
  • Prix généralement élevé
cafetière italienne en aluminum, toxique

L’aluminium : attention métal lourd !

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un revêtement, l’aluminium doit être évité également car de l’aluminium peut migrer dans aliments et son accumulation dans l’organisme est fortement suspecté de provoquer des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson (voir la méta-analyse). Attention notamment aux cafetières italiennes, dont le modèle le plus répandu est fait en aluminium.

  • Très léger
  • Bon marché
  • Toxicité
  • Non compatible avec l’induction

Quels matériaux choisir pour une poêle non-toxique ?

Bon, maintenant que je vous ai dressé ce topo un peu glauque, j’en arrive aux solutions ! Oui, il y en a ! Bien sûr, sans Téflon, vous n’obtiendrez jamais des propriétés anti-adhésives aussi incroyables que celles que vous connaissez avec vos poêles de la célèbre marque. Cependant, les alternatives sont quand-mêmes très satisfaisantes, en plus d’être saines pour nous et pour l’environnement. Découvrez ci-dessous quelle poêle choisir pour préserver votre santé.

Poêle en inox, saine

L’inox (acier inoxydable)

L’inox, ou acier inoxydable, est un alliage de fer et de carbone, auquel ont été ajoutés du chrome et du nickel. Il faut veiller à choisir de l’inox 10/18 (18% de chrome, 10% de nickel), gage de bonne qualité, et privilégier des casseroles et poêles avec un fond épais pour une bonne répartition de la chaleur.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Maison minimaliste : 5 appareils que je n’ai pas (et comment je m'en passe)

L’inox convient bien en particulier à la cuisson des viandes rouges et des plats mijotés. Il y a quelques astuces à connaître pour éviter que l’inox n’accroche : chauffer suffisamment la poêle avant d’y déposer la viande ou de verser la préparation pour une omelette par exemple, attendre avant de retourner la viande (si elle n’est pas assez cuite et dorée, elle accroche), cuisiner à feu doux… Cela nécessite un peu de pratique, mais une fois qu’on s’y est fait, si on possède des casseroles et poêles de bonne qualité, avec un fond épais, ça fonctionne bien !

En parlant de marques*, je vous conseille Cristel ou Baumstal, l’investissement est conséquent mais elles vous accompagneront jusqu’à la fin de vos jours !

*Certains liens de cet article sont des liens affiliés, c’est à dire que si vous passez commande en utilisant ces liens, je toucherai une petite commission. Le prix ne change pas pour vous, mais cela me permet de continuer à proposer gratuitement du contenu de qualité sur le blog.

  • Matière saine et inerte (ne modifie pas le goût, ni l’aspect)
  • Compatible avec tous les types de feux
  • Résiste aux hautes températures
  • Entretien facile, solide
  • Perdure dans le temps
  • Nécessite d’ajouter des matières grasses pour cuire certains aliments
  • Peut avoir tendance à accrocher, surtout sur les marques bon marché
  • Assez onéreux si on veut une bonne qualité
  • N’est pas un très bon conducteur de chaleur
  • Ne convient pas aux personnes allergiques au nickel

Le fer (ou acier)

Ce sont les “poêles noires” de nos grands-mères… Elles sont idéales pour saisir à feu vif, par exemple des pommes de terre, des œufs au plat ou encore des crêpes, mais ne conviennent pas pour les préparations liquides ou acides. Comme la fonte, le fer nécessite un culottage pour éviter l’oxydation, et une couche d’huile entre chaque utilisation. La marque DeBuyer est une valeur sûre. J’utilise la mienne tous les jours et j’en suis ravie.

  • Matériau simple et sain
  • Bonne conduction, montée rapide en température
  • Résiste aux hautes températures
  • Durable dans le temps
  • Compatible tous feux
  • Nécessite un culottage progressif
  • Il est nécessaire d’appliquer une couche d’huile entre chaque utilisation
  • Relativement onéreuses
  • Assez lourdes
Poêle en fonte naturelle, saine

La fonte

La fonte naturelle est également un alliage de fer et de carbone. Sensible à l’oxydation (rouille), elle nécessite un culottage. Celui-ci se fait petit à petit en faisant chauffer de l’huile, qui va pénétrer dans les pores du métal. De ce fait, elles ne conviennent pas aux préparations liquides ou acides, sauf si la fonte est émaillée (voir plus bas). Les poêles en fonte doivent être nettoyées à l’eau chaude, sans détergent et huilées après chaque lavage. Comme pour l’inox, le prix d’achat est assez élevé, mais vos poêles et cocottes en fonte vous dureront toute une vie !

Dans certains cas, la fonte peut être émaillée, ce qui empêche l’oxydation. Attention à la qualité et à l’état de l’émail, pour éviter de contaminer les aliments par du plomb ou du cadmium.

Casseroles en cuivre

Le cuivre

Matière très prisée des grands chefs, du fait de son excellente conductivité thermique. Elle chauffe et refroidit très vite, ce qui permet une grande précision dans les cuissons. Le cuivre est aussi naturellement antibactérien.

Le cuivre nu est sensible à l’oxydation, notamment au contact de plats salés. Il y alors formation de vert-de-gris, toxique. Il convient cependant très bien pour la cuisson des confitures.

Sinon, pour l’éviter, il faut choisir des casseroles en cuivre étamé, c’est-à-dire recouvert d’une fine couche d’étain, ou bien d’inox. L’avantage de l’inox, c’est qu’il permet l’utilisation sur plaque à induction. L’étamage doit être renouvelé régulièrement, environ tous les trois ans où lorsque le cuivre est visible. Cela ajoute un coût supplémentaire.

  • Excellent conducteur
  • Idéal pour les confitures
  • Naturellement antibactérien
  • Très cher à l’achat, auquel il faut ajouter l’étamage si besoin
  • Ne convient pas à l’induction, sauf si l’étamage est fait à l’inox
  • Sensible à l’oxydation

A retenir : quelles poêles et casseroles choisir ?

En conclusion, pour une cuisson dans des matériaux sains, il faut éviter les revêtements comme le Téflon, la céramique ou la pierre, ainsi que l’aluminium, qui polluent nos assiettes (et aussi l’environnement) avec des substances toxiques.

L’inox, la fonte et le fer (et éventuellement le cuivre pour les confitures), sont les matériaux les plus sains actuellement disponibles sur le marché. Ils sont également plus écologiques et durables dans le temps.

Du coup, même si leur coût initial est plus élevé, ils sont aussi économiques que les poêles bon marché sur le long terme. Ils nécessitent cependant en général l’ajout de matières grasses pour un effet anti-adhésif.

Pour ma part, j’ai choisi une poêle en fonte, que j’utilise pour la viande, mais aussi les œufs au plat, les crêpes et toutes sortes de galettes et croquettes. J’en suis très contente. Pour le reste, c’est-à-dire les légumes et plats mijotés, j’utilise une poêle et des casseroles en inox, qui font parfaitement leur job !

Et vous, qu’est-ce que vous utilisez comme matériaux pour cuisiner ? Est-ce que vous en êtes satisfaits ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous !

Je partage !
Recevez gratuitement la liste
100 IDÉES DE MÉTIERS SLOW

Pour enfin avoir une vie pro :

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni vendue. En vous inscrivant ici vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcast et autres conseils, pour vous accompagner vers un mode de vie slow en famille et dans votre vie professionnelle. Voir mentions complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

100 idées de métier slow
RECEVEZ GRATUITEMENT LA LISTE
100 idées de métier slow

Pour enfin avoir une vie pro :

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni vendue. En vous inscrivant ici vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcast et autres conseils, pour vous accompagner vers un mode de vie slow en famille et dans votre vie professionnelle. Voir mentions complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

28 réflexions sur “Quelle poêle choisir pour la santé ?”

  1. Bonjour,
    Merci pour votre article. J’ai encore appris des choses que je ne savais pas. Donc j’en redemande ! :
    À propos des poêles en acier, est-ce que le culottage ne déposerait pas au fond de la poêle des composés toxiques issus de la carbonisation et qui se mêleraient ensuite aux aliments lors de la cuisson ?

    1. Merci pour votre commentaire ! Pour le culottage, c’est juste une pellicule de graisse qui reste dans la poêle. Il faut veiller à choisir une huile qui supporte bien la cuisson pour éviter de former des composés toxiques.

  2. 100% d’accord.
    Cocotte en fonte brute (non émaillée) Cousance, qui a 50 ans env. Sauteuse 24 cm avec couvercle verre en fonte brute (Scandie-vie) 15 ans et qui sert 2 fois par jour. Poêles en fer minéral Debuyer (20-24-28 cm). Crêpières Debuyer (2 en 24-2 en 26 cm). et Poêles en inox Demeyere (20-28 cm). 4 Casseroles en inox. Pour les pizzas et pâtisseries: plaques en acier Debuyer de différents diamètres et moules en fer blanc (en magasin CHR). Rien n’accroche jamais et , le tout est parfaitement culotté. Les poêles en teflon ne permettent pas de monter en température car le teflon est un excellent isolant thermique (un comble!). Elle ne permettent pas non plus la caramélisation des sucs, qui donnent un goût inimitable à nos préparations. Mon seul regret est de n’avoir pu récupérer la batterie de cuisine en fonte et acier (80 ans env, cadeau de son mariage) de ma grand-mère. Le tout, en parfait état. Sauf la grand-mère, hélas!

  3. Claude Mailloux

    L’aluminium dans les chaudrons n’est pas plus nocif que l’acier, la fonte ou l’inox. Dans les premières années de recherche sur la maladie d’alzheimer pour mieux voir les cellules des gens décédé de la maladie il mettaient un colorant et ce colorant contenait des ions d’aluminium. Voyant cela ils ont publié la recherche qu’ils avaient trouvé de l’aluminum dans les échantillons qu’ils avaient et ça c’est répandu comme une traînée de poudre. Dans le même temps ils avaient trouvé un endroit où dans l’eau qu’ils buvaient de l’aluminium et ils avaient un plus haut taux d’alzheimer que la moyenne donc c’était donc vrai. Aussi le président du temps de Alcan (aluminium canada) à eu la maladie à 50 ans donc encore une preuve “comme si le président allait travailler en usine ou mangeait de l’aluminium “.
    Le feu était pris, l’heure juste de l’aluminium à disparu, maintenant pour la plupart des gens l’aluminium revêt une certaine dangerosité. J’ai connu des gens qui ont travaillé dans l’aluminium toute leur vie sans éprouver le moindre malaise ils en respiraient et en mangeaient. Ils faisaient des moules pour des semelles de souliers et autres produits.

    1. Bonjour Claude, avez des sources pour appuyer vos affirmations ? Les articles scientifiques sur le sujet sont unanimes : l’aluminium est un neurotoxique et il augmente significativement le risque de développer des maladies neurodégénératives, dont la maladie d’Alzheimer.

      Vous trouverez ici les résultats d’une métaanalyse trouvés sur Pubmed, dont voici le résumé traduit : “Une méta-analyse a été réalisée pour déterminer si l’exposition chronique à l’aluminium (Al) est associée à un risque accru de maladie d’Alzheimer (MA). Huit études de cohorte et études cas-témoins (avec un total de 1 0567 individus) répondant aux critères d’inclusion de la méta-analyse ont été sélectionnées après un examen approfondi de la littérature dans les bases de données PubMed, Web of Knowledge, Elsevier ScienceDirect et Springer jusqu’en juin 2015. L’échelle de Newcastle-Ottawa (NOS) a été utilisée pour évaluer la qualité des études incluses. Le test Q et la statistique I(2) ont été utilisés pour examiner l’hétérogénéité entre les études sélectionnées. L’odds ratio (OR) global a été calculé à l’aide d’un modèle à effet fixe car aucune hétérogénéité significative n’a été constatée entre les études. Aucun biais de publication n’a été observé sur la base d’un graphique en entonnoir et du test d’Egger. Les résultats ont montré que les personnes exposées de manière chronique à l’Al étaient 71 % plus susceptibles de développer la MA (OR : 1,71, intervalle de confiance (IC) à 95 %, 1,35-2,18). Ces résultats suggèrent que l’exposition chronique à l’Al est associée à un risque accru de MA.”

  4. Bjr j’ai acheté une poêle régal sans pfoa ai je bien choisi je cherche juste que cela soit pas néfaste pour la santé merci pour votre retour mzrci

    1. Bonjour, malheureusement il n’y a pas que les PFOA qui sont nocifs dans les revêtements en Téflon. Je vous conseille plutôt d’opter pour une poêle en fer type De Buyer ou en inox, suivant le type d’utilisation qu vous voulez en faire. Bonnes recherches !

  5. bonjour,
    je vais changer toute ma batteri de poêle et casserole votre article m’aide beaucoup dans mes choix.
    par contre j’ai regardé un peu les poêle en fonte mais j’ai du mal a choisir est ce que vous avez un site a conseillé ?
    j’aimerais en trouver une avec poigné amovible (tellement plus pratique pour le rangement).
    j’avais une question également sur le plaque pour pâtisserie qui vont au four vous avez une autre alternative parce que en général elles sont en teflon ou en pierre …
    Et je me demander aussi sur les moule en silicone qu’est ce que vous en pensais ? (si jamais vous connaissez)
    en tous cas merci pour votre article.

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire !
      Pour les poêles en fonte, je ne sais pas s’il en existe avec la poignée amovible, mais je ne pense pas car la fonte est lourde et les poignées doivent être très robustes ! Pour ma part, j’en ai une en fonte légère, super une fois qu’on a compris comment l’entretenir. C’est la marque RONNEBY BRUK. Sinon, Le Creuset est une valeur sûre, mais ce n’est pas accessible à tous les budgets…
      Je n’ai pas de plaque pour pâtisserie, à la place je mets de l’huile et de la farine sur ma plaque et ça n’accroche pas du tout 😊. Le silicone est de qualité très variable, mais ça reste un produit issu de la pétrochimie, que je recommande d’éviter autant que possible !

      1. excusez moi j’ai encore une question, j’ai parlé de votre article avec ma soeur et elle a changer ses poêles et casserole récemment elle a pris la marque mauviel, si vous connaissez, vous en pensais quoi de cette marque et de la qualité de leurs article ?

        1. Bonjour, je ne connais pas cette marque mais si les matières sont saines et que votre soeur en est contente, c’est bon signe 😊

  6. Bonjour,
    Merci pr cet article ! Je souhaite changer la batterie de cuisine pr de l’inox mais il y a souvent un revêtement dessus, sans plus de détails sur sa composition.. une batterie en inox doit elle être sans revêtement pr être saine ? Merci de votre retour !

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire ! Les revêtements sont à éviter, leur composition est rarement connue et ils contiennent le plus souvent des composés anti-adhésifs toxiques. Vous pouvez trouver d’excellentes poêles inox chez Baumstal ou Crisel (c’est un certain budget, mais ça dure toute la vie !), sinon, en moins cher, vous avez la marque Beka par exemple. Bonnes recherches !

  7. Hello!
    Article vraiment intéressant (bravo pour la rigueur et l’honnêteté de ce benchmark!)
    Pour ma part, après avoir un peu tâtonné et râté, il faut bien l’admettre, quelques plats, j’ai fini par réussiur à culotter mon super wok japonais en acier au carbone (forte teneur en carbone). Et maintenant c’est ma seule “poële” qui fait office de poële à crêpes / sauteuse / mijoteuse / poële à frire, cuisson mix frite / vapeur (pour faire des gyozas par exemple) etc etc.
    Je complète ce mode de cuisson par un panier vapeur bambou dont je me sers régulièrement 🙂
    Pas besoin de milliards d’ustensiles pour cuisiner 😉
    Merci encore pour ces bons conseils, j’apprécie vraiment de te lire!

  8. Super intéressant.
    Je suis encore de la team téfal pour les poêles, sinon c’est l’enfer pour décoller (viandes, légumes) .
    Mais sinon, nos casseroles sont en inox. J’avoue que c’est rassurant d’apprendre que c’est une matière saine.
    Au plaisir !
    Marie Thérèse

    1. Merci pour ton commentaire ! Avec un peu de pratique, les matériaux sains conviennent bien aussi pour la viande et les légumes 😊

  9. Merci pour cette description claire et simple ! Il y a du choix ! 🙂
    Cela fait quelques années que j’utilise principalement l’inox et j’en suis très ravis ! 😀
    C’est durable ! Seul point négatif, pas idéal pour les crêpes 🙂

  10. Bonjour, je trouve cet article bien complet et intéressant, j’étais conscient du coté néfaste des produits avec teflon ou autre aluminium. C’est pour ça que je n’utilise que des poêles en fer ou inox. Une fois culotté la poêle en fer n’accroche presque pas mais il est vrai qu’il faut mettre un peu de matière grasse et puis après tout c’est aussi bien 😉 Merci

  11. Merci pour cet article clair et précis ! Je réfléchis justement en ce moment à changer mes poêles ! Je vais me tourner vers l’inox je pense 😊

  12. Bonjour,
    Très bien cet article.
    Mais il me semble qu’il manque le verre.
    Vous allez me dire que ça va au four, et que là c’est poêle et casseroles le thème. Mais j’ai vu 1x une poêle en verre…

    1. Merci pour votre commentaire ! Effectivement, il existe une marque de poêles et casseroles en verre. Apparemment elles accrochent pas mal, donc je ne sais pas trop ce que ça apporte en plus par rapport à de l’inox par exemple, mais je serais curieuse d’avoir le retour de quelqu’un qui a testé !

    2. Bonjour,

      Pour le verre si je ne dis pas de bêtises…

      Il me semble avoir lu qu’il faut faire très attention à la qualité du verre particulièrement quand on le chauffe car certains contiennent du plomb.
      Info à vérifier moi j’avais laissé tomber le verre mais si ça peut vous donner une piste…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement :

100 idées de métier slow

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni vendue. En vous inscrivant ici vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcast et autres conseils, pour vous accompagner vers un mode de vie slow en famille. Voir mentions complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.